SÉCURITÉ SOCIALE

carte-vitale2.jpg

En France, la Sécurité Sociale a été définie par l'ordonnance du 4 octobre 1945. Le gouvernement provisoire de l'après-guerre a mis en place un système original fondé sur deux principes:
- Les cotisations sont déduites du salaire (prélèvement obligatoire) et financent le système de santé;
- Le malade choisit ses professionnels de santé (généraliste, spécialiste, hôpital ou clinique, ces différents services étant "conventionnés" par l'État) et bénéficie d'un remboursement à hauteur des tarifs fixés. Cette semi liberté du système qui n'oblige pas comme dans d'autres pays à s'adresser à un professionnel désigné et laisse la possibilité de consulter plusieurs spécialistes est très apprécié mais, en même temps, très coûteux.

Depuis 1991, le tiers du financement se fait donc aussi sous forme d'impôt: la CSG (Contribution Sociale Généralisée) prélève 7% des revenus d'activités, à quoi s'ajoutent des taxes sur les contrats d'assurance automobile et les alcools.

La Sécurité Sociale en France comporte 4 branches:
- la branche maladie (CPAM)
- la branche famille (CNAF)
- la branche recouvrement (ACOSS)
- la branche vieillesse (CNAV)

Depuis la loi de 1999, la CMU (Couverture Maladie Universelle) offre les services médicaux gratuits pour les plus démunis s'ils résident en France depuis plus de 3 mois.

La carte vitale
Depuis 1996, les caisses d'assurance maladie ont l'obligation de délivrer à tout bénéficiaire de l'assurance maladie une carte électronique individuelle, la carte vitale. Il s'agit d'une carte à puce, au format d'une carte de crédit, permettant de justifier de ses droits à la Sécurité Sociale.


Liens pour avoir plus d'informations: